«Ce n'est pas une raison pour nous traiter de colons sauvages»

Si Israéliens et Palestiniens discutent de paix, dans la colonie de Tekoa, on attend la guerre. Reportage.
Stéphane Bussard, envoyé spécial à Tekoa

«Si tu veux labourer droit, accroche ta charrue et nettoie-la.» Dov Lévy-Neumand, juif ashkénaze français né dans le Beaujolais, motive sa venue en Israël par la quête de simplicité véhiculée par le sionisme. Venu s'installer en 1985 dans la colonie de peuplement (yeshouv) Tekoa, dans le désert de Judée, à une trentaine de kilomètres de la mer Morte, il y a connu sa troisième femme, Edith, arrivée dans l'implantation en 1977, après que les militaires l'eurent abandonnée aux civils. Pour Dov, «il y a une trinité qu'on ne peut dissocier, affirme-t-il, le peuple d'Israël, la Torah et la terre». Néanmoins, dans le cadre des négociations israélo-palestiniennes, certaines colonies pourraient être menacées de passer sous le giron palestinien. Dont celle de Tekoa.

«Face à une dictature»
Selon le journaliste de la radio israélienne Yossi Nesher, responsable des questions moyen-orientales, «quel que soit l'accord conclu avec les Palestiniens, il doit intégrer la question des colonies». Il y voit malgré tout trois options. Soit la fin des colonies, soit leur mise sous contrôle palestinien, mais il reconnaît que «cette épineuse question pourrait aussi très bien être mise en veilleuse pour l'instant».
A deux kilomètres de là, au pied de la colline, dans un village de plusieurs milliers d'âmes, dénommé Tuqu' (version arabe de Tekoa), Mohammed Emfara déclare ne pas avoir de problèmes avec les colons. Ferronnier, il travaille surtout avec les Arabes, mais souhaiterait pouvoir exercer son métier partout en Israël.
Quant à Dov Lévy-Neumand, il nourrit des craintes. «Il y a un malaise. Nous sommes face à une dictature palestinienne, mais notre démocratie n'est pas capable de prendre les mesures qui s'imposent. Aujourd'hui, on pense gagner la paix, comme Daladier et Chamberlain en 1938, mais on va vers la guerre. Les dictatures arabes ne peuvent pas se permettre la paix, car elles exploseraient.» Edith Lévy-Neumand a choisi Tekoa parce qu'elle ne voulait pas vivre dans une HLM à Jérusalem. «Ce n'est pas une raison pour nous traiter de colons sauvages», s'offusque-t-elle.
Alors que les colonies sont, généralement, ou religieuses ou laïques, Tekoa possède sa spécificité: elle est mixte. C'est ce qui a attiré Yael, une Canadienne de Terre-Neuve âgée de 48 ans. Pour elle, vivre en Israël, «c'est la manière la plus simple d'être juif». Elle, qui a voté pour Netanyahou par le passé, n'arrive pas à comprendre qu'Ehud Barak soit prêt à offrir sa maison aux Palestiniens. Yael juge une guerre future presque inévitable. Quoi qu'il en soit, elle résistera et soutiendra d'autres colonies si ces dernières risquaient de disparaître.
En dépit des menaces qui pèsent sur elle, Tekoa continue de s'agrandir. Alors qu'elle comptait sept familles en 1977, elle en recense trois cent cinquante aujourd'hui. Elle comprend quatre synagogues, une épicerie, deux dispensaires. La vie sociale y est particulièrement développée. Et partant la solidarité. Bien que très présente à Tekoa, la sécurité est devenue un quasi-automatisme. Même si les incidents sont rares aujourd'hui, chacun, dans l'implantation, se rappelle la mort de l'un des leurs voici sept ans, en contrebas de la colline.

Structure sécuritaire
Le souci sécuritaire se retrouve d'ailleurs dans la structure de la colonie. Les maisons forment un noyau compact et seuls des chemins pédestres les relient. Cette disposition permet aux enfants de se promener dans le village en toute sécurité. Une seule route périphérique fait le tour de l'implantation. Pour sortir du yeshouv, la plupart des véhicules sont munis de fenêtres spéciales et d'un appareil de liaison avec l'armée. A l'école, les enfants suivent des cours pour apprendre à se protéger en cas d'attaque.
Au plan professionnel, Edith enseigne l'informatique. Dov, quant à lui, est l'un des maréchaux-ferrants de chevaux arabes les plus réputés de la région. Même s'il évite d'offrir ses services dans le village palestinien voisin, il n'hésite pas à aller ferrer des chevaux chez les Bédouins du Néguev ou au nord d'Israël. Il cultive aussi la vigne.

”Le syndrome Pétain” chez Sharon


Les Israéliens “fabriquent” la Paix, ils obtiennent la guerre. Des 3000 morts du terrorisme depuis 1948, les 2/3 le sont depuis que l’on a signé la Paix à Oslo.
Les Israéliens fabriquent une construction intellectuelle qui ne tient nullement compte de la réalité arabe.
Leurs raisonnements s’écroulent parce qu’ils négligent la pensée arabe, la logique occidentale ne fonctionne plus chez nos ennemis.
Dejà en 1973, 3 jours avant la guerre de Kippour, Golda Meir et Moshé Dayan répondaient au président Nixon: ” Les Arabes n’attaqueront pas parce qu’ils n’ont pas l’espoir de gagner la guerre… â€ ( environ 2000 morts de notre côté).
 Les Arabes ne font pas la guerre pour la gagner. L’Honneur,l’Orgueil de Combattre, l’Argent, l’Aventure, Dieu, le Coran sont leur motivation. Pour cela ils sont prêts à sacrifier tous leurs enfants.

Nos ennemis affirment et oeuvrent pour : “Obtenir le maximum par la négociation, ensuite faire guerre et après l’extermination …. â€œ (des juifs).
dixit    Abou Mazen, Oslo Bet en 1993
            et         Hitler Adolf (Mein Kampf) 1923.

On remet le prix Nobel de la Paix au plus grand terroriste de l’Histoire après Hitler.
On imagine transformer le loup en mouton, on donne en “espérant” recevoir quelque chose en échange, alors que l’on sait à l’avance que les Arabes voudront toujours plus et davantage.
Et ceci jusqu'à notre élimination totale. (Les Français pour l’Algérie connurent  cette pratique).
On cherche de fausses solutions pour dissimuler l’inaction.
Ou bien on prétend qu’il n’y a pas de solution pour dissimuler le vide ou l’absence de ligne politique.
On imagine des négociations mortes-nées puisqu’elles partent de l’apriori de céder.
On se gargarisme de mots, on prétend : “Notre sens de la démocratie est une force…” (Rabin)
Je me demande ce que peut faire l’humanisme contre les balles, les bombes ? Notre valeur morale nous protégerait-elle contre les attentats ?
Nos soldats se faisaient arracher leurs armes par les Arabes n’ayant pas le droit de s’en servir.(lors de la première Intifada).
A Hevron pendant que Menahem Zerbib se faisait blesser à coup de haches,échapant de justesse à la mort, nos militaires, à 10m de lui, tournaient la tête afin que l’on ne leur fisse pas de procès.

Nos édiles sont- ils si bêtes ? si aveugles ? si malhonnêtes ?
Sûrement pas.
«  Quand les héros sont partis, les minables gouvernent Â» (Napoléon).

Je ne parle pas des Pères ou des Bégin, politiciens obsédés du pouvoir. Il est question de ceux qui professent le soucis d’Israël et la réalisation du rêve sioniste. 
Les héros eux aussi se sclérosent et se minabilisent.
Par un phénomène de psycho-gérontologie :
 Ils font de la subjectivité de leurs ennemis, leur propre objectivité.
Ce phénomène peut intervenir également chez les plus jeunes.
Ce que l’ennemi désire devient la valeur absolue, la Vérité.

Toute action se transforme ainsi en bluff.
En exemple Oslo :
On invite nos ennemis de Tunis (Tanzim) à venir habiter dans nos frontières.
Pour qu’ils puissent mieux nous exterminer, nous leur avons fourni des sanctuaires (miklat), des armes, des munitions. Pour qu’ils puissent en fabriquer d’autres nous leur avons fourni du pétrole, de l’électricité, des dollars, des droits de libre circulation etc…
 Â«  Et vous attendiez quoi ? Â» me dira un ami arabe Â« la Paix ? Â»

Autre exemple: Le Mont du Temple. Au lieu d’appliquer la loi et rétablir l’ordre, on punit la victime. On lui interdit l’accès au Mont du Temple et le chantage s’amplifie.

Oslo amena la terreur, Akaba conduira à la guerre. Devons-nous sacrifier nos enfants pour satisfaire la schizophrénie de vieillards ? Akaba ( la Feuille de Route) et la Houdna renforce le terrorisme de plus bel et avec lui son corollaire : la dictature sanguinaire.

A l’instar de l’Europe des années 30-40 sommes nous un peuple de vieillards ? On prétend qu’en démocratie les peuples n‘ont que le gouvernement qu’ils méritent.
Pour ne pas déplaire à leur électorat, les gouvernements d’alors refusèrent d’occuper la Rhénanie en 37. Refusant cette opération chirurgicale. Face à l’histoire, ils portent la responsabilité de 45 millions de morts + 6 millions de juifs.

Nos édiles séniles violent leurs propres serments : Â«  on ne récompensera pas le terrorisme Â» avaient-ils déclaré.
Le Pétain de 40 n’était plus celui de Verdun, pas plus que le Sharon de la “Feuille de Route” celui de Gaza.
Si nous avons des droits sur cette terre, nous devons aussi nous octroyer celui de la défendre, décider qui sera le vainqueur. Les opérations de police ne suffisent plus si il y a la guerre.
Sharon à l’instar de Pétain se fait le valet de Bush. Ce dernier dicte nos décisions, on cède a Arafat ou à son alter-ego Abou Mazen. On élimine le petit poseur de bombes mais on néegocie ave celui qui le dirige, et on le conforte.
Pour obéir à la pression américaine, on se met au service de l’ennemi.
On appelle processus de paix ce qui est donner aux Arabes un droit sur cette terre. Les Arabes eux disent «  les accords x , y ou z Â» ils ne parlent jamais de faire la paix. Ils ne le peuvent.

La paix pour eux signifie : “Repose en paix”.

Ces derniers possèdent 52 pays musulmans, 21 pays arabes, le quart de la planète habitée, comprenant des ressources naturelles astronomiques.
Nous leur concédons un droit sur quelques km2 complètement dépourvus( la superficie de 3 départements francais).

Qui peut faire la Paix en dehors d’Israël ?
Qui a intérêt à la Paix en dehors d’Israël ?
Certainement ni les Arabes, ni l’Europe, ni Les USA.

Le bluff actuel n’est qu’un exercice électoral du Président Américain. Bush se fera t-il réélire au prix de la vie de nos enfants?

Les Usa vont-ils fermer leurs usines de guerre alimentées par les pétrodollars ?
Les Européens et particulièrement les Français ne peuvent exporter qu’en terre arabe.

Les Arabes, eux ,soumis à la terreur, au fanatisme, au lessivage de cerveaux, se tourneront toujours vers les plus extrémistes, les dictateurs rarement s’accommodent de la Paix.

Stratège de génie, Sharon tout comme Pétain endort son peuple pour mieux le sacrifier.
Il sait aussi bien que nous qu’un Etat Palestinien n’aura de vocation que la destruction totale d’Israël.

Moubarak, lui, le plus modéré et le plus favorable à Israël, parle d’une  “entité juive et citadine. ”Sans aucune force politique, militaire ou agricole, à l’image de Hong Kong, dans le seul réduit de Tel Aviv.”

Sharon commence à admettre un Etat Terroriste à l’intérieur de la terre d’Israël, de concession en concession, il finira par donner Jérusalem. La Judée. La Samarie. Le Benyamin sachant très bien qu’aucun bateau ou  avion ne pourra aborder notre terre, si nous leur abandonnons les hauteurs.
Je ne parle pas de la nappe phréatique très fragile de la plaine.

Il sait parfaitement que le processus qu’il entame se terminera pour nous à la mer, il sait parfaitement qu’il n’y aura de fin que la mort d’Israël.
Tout cela pour obéir à un éphémère président des USA.
Il oublie (peut-être) qu’Eretz Israël appartient à toutes nos générations. A celles qui sont mortes, celles qui vivent et qui naîtront, d’ Abraham jusqu’à la fin des Temps.
S’il ne l’oublie pas, il n’est que plus coupable.

Le syndrome Pétain est un syndrome de vieillard qui se renie lui-même.
Le cerveau affaibli reçoit la volonté de l’ennemi comme une valeur sure. Il viole ses propres serments.

Nous, pas une seule minute, n’avions cru qu’ Oslo amènera la Paix.
Au contraire dès le premier jour nous avons dénoncé l’issue qui n’a pas manqué d’échoir plus vite que nous l’imaginons.
L’imposture continue avec la Feuille de Route.
Il conforte le terrorisme et son corollaire : la dictature sanguinaire.

La Feuille de Route (Akaba) engendrera la guerre sur le compte de nos enfants.


Dov Levy-Neumand
TEKOA 23/08/03
כד אב תשס"ג

Si vous souhaitez effectuer la même visite avec vos proches, remplissez le formulaire de contact ci-dessous ou contactez-moi directement au +972-54-230-7474.

Contactez-moi

Je me tiens à votre disposition pour n'importe quelle question.

Edith Levy-Neumand

edith@voirisrael.com

+972-54-230-7474

+972-54-230-7373


Envoyer

Les avantages d'Édith

GAIN DE TEMPS

J'aménage vos visites pour éviter les pertes de temps et recherches des heures d’ouverture des différents sites, selon vos désirs, les âges des participants et vos centres d’intérêt.

PRIX AVANTAGEUX

Avec mon large contact auprès des différents prestataires de services dans la tourisme israëlien, je vous permet de payer le juste prix suivant le standing que vous recherchez.

EXPÉRIENCES

Je met à votre profit mes 25 ans d'expériences pour vous partager le cummule incroyable de mes connaissances et anectdotes sur tous les lieux connus et méconnus de la terre sainte. 

SERVICE CLIENT

Déjà plus de 8000 clients satisfaits à mon actifs tout au long de mes 25 ans d'expériences. Mon caractère très chaleureux laisse toujours un bon souvenir en plus des visites marquantes sur-mesure que je propose.

DIPLÔME ET AGRÉMENTATION

Je suis diplômée du Ministère du Tourisme et du Ministère de l’Education Nationale Israélien.

LANGUE PARLÉE

Je parle couramment l'Hébreu, le Français et l'Anglais. 

PAIEMENT ACCEPTÉS