JERUSALEM : La nouvelle ville 


 Yad Vachem : Le mémorial de la Shoa

Une mémoire et un nom, c’est le but du mémorial de la Shoah
qui honore les six millions de Juifs assassinés, les héros, les actes d’héroïsme, de révolte et de sauvetage.
Il comprend un musée d’histoire de la Shoah,
une « Salle des Noms » perpétuant la mémoire des disparus,
une crypte du souvenir rappelant les noms des vingt-deux lieux principaux d’extermination,
un mémorial particulièrement émouvant en souvenir d’un million et demi d’enfants juifs assassinés…..
 »A eux j’accorderai, dans ma maison et dans mes murs, un monument (Yad),
un titre qui vaudra mieux que des fils et des filles; je leur accorderai un Nom Eternel (Vachem), qui ne périra point. »
(Isaie 56,5).
L’archtitecte Moshe Safdi imagine un prisme triangulaire qui traverse la colline de part en part sur 180 mètres.
Malgré l’obscurité, le sommet laisse un peu de lumière du jour comme l’espoir qui ne s’éteint jamais.
A l’intérieur, le prisme se rétrécit pour marquer la descente en enfer puis s’élargit
et s’ouvre sur la vallée qui monte à Jérusalem, symbole d’Israël, du peuple juif et de sa pérénité.

Le Musée d'Israel


Au Musée d’Israël on peut admirer  la maquette de Jérusalem au temps du 2ème Temple
S’étendant sur une superficie de quelque 400 mètres carrés, cette maquette  restitue l’ancienne ville de Jérusalem telle qu’elle était à la veille de l’an 66 de notre ère , année où éclata la Grande Révolte contre les Romains qui se solda par la destruction de la ville et du Temple. Elle évoque Jérusalem à son apogée, à l’époque où la ville couvrait une superficie de quelque 18 hectares, soit plus de deux fois celle de la Vieille Ville actuelle. Cette maquette a été conçue à l’échelle 1:50, autrement dit deux centimètres du modèle équivalent à un mètre de l’ancienne cité. Cette reconstitution est réalisée essentiellement en pierre calcaire dite “pierre de Jérusalem” qui servait dans l’Antiquité et sert encore de nos jours à la construction des édifices publics et des logements privés.


 Mahané Yehouda

Le marché de la nouvelle ville… ouvert tous les jours (sauf le shabbat ) du matin au soir.
Venez vous y promener et y apprécier l'ambiance particulière et la diversité des produits vendus.


Nahlaot - Lev Hair - Quartier pitoresque en face du marché


Si vous cherchez un havre de paix et de tranquillité, vous pouvez le découvrir entre les 2 rues les plus grouillantes de vie de Jérusalem: la rue Agrippas et la rue Betsalel en face du Mahane Yehuda, le marché aux légumes.
C’est un enchevêtrement de shtetl, de médina ou autre quartier de nos ancêtres, ceci malgré de récentes restaurations.
Son nom est Lev Ha Ir (le centre de la ville). Cependant pour les Juifs de la fin des années 1800, c’était la grande aventure: il fallait sortir des murailles, s’aventurer dans le « désert » qu’arpentaient voleurs, brigands et loups. C’étaient des pionniers. Ils le firent.
Les Sfaradim dans Ohel Moshé, les Ashkénazim dans Mazkeret Moshé, les Yemménites dans Baté Goral.
On y retrouve le Hatser à la mode juive avec en son milieu le puits d’eau et tout autour, outre les habitations, le bain rituel, la synagogue, le four à pain.
Grâce à Moshé Montefiore (1784-1885), Lord anglais philanthrope dont la mémoire est perdurée par son prénom Moshe par l’appellation des quartiers: Yemin Moshe, Kiryat Moshe, Mazkeret Moshe et Ohel Moshe.

Pour les amoureux de vieilles pierres et pour les amateurs de couleurs et d’odeurs, promenez-vous aussi dans le marché de Mahané Yéhuda.

La Cour suprême d’Israël 


La Cour se situe sur  la colline Givat Ram. Cette colline ne comporte pas d’habitation, elle est le centre législatif, exécutif, judicaire de la capitale d’Israël.

Elle est au sommet du système judiciaire israélien dont elle est la plus haute instance. Ce bâtiment remarquable a réussi à marier les styles traditionnel et moderne, les espaces ouverts et fermés, les lignes droites et les courbes. Il est éclairé par une lumière naturelle indirecte qui pénètre dans le bâtiment

JERUSALEM : La nouvelle ville 

Le Musée d’Israël

Nous y entrerons  pour admirer  la maquette de Jérusalem au temps du 2ème Temple
S’étendant sur une superficie de quelque 400 mètres carrés, cette maquette restitue l’ancienne ville de Jérusalem telle qu’elle était à la veille de l’an 66 de notre ère , année où éclata la Grande Révolte contre les Romains qui se solda par la destruction de la ville et du Temple. Elle évoque Jérusalem à son apogée, à l’époque où la ville couvrait une superficie de quelque 18 hectares, soit plus de deux fois celle de la Vieille Ville actuelle. Cette maquette a été conçue à l’échelle 1:50, autrement dit deux centimètres du modèle équivalent à un mètre de l’ancienne cité. Cette reconstitution est réalisée essentiellement en pierre calcaire dite “pierre de Jérusalem” qui servait dans l’Antiquité et sert encore de nos jours à la construction des édifices publics et des logements privés.


 Yad Vachem : Le mémorial de la Shoa

Une mémoire et un nom, c’est le but du mémorial de la Shoah
qui honore les six millions de Juifs assassinés, les héros, les actes d’héroïsme, de révolte et de sauvetage.
Il comprend un musée d’histoire de la Shoah,
une « Salle des Noms » perpétuant la mémoire des disparus,
une crypte du souvenir rappelant les noms des vingt-deux lieux principaux d’extermination,
un mémorial particulièrement émouvant en souvenir d’un million et demi d’enfants juifs assassinés…..
 »A eux j’accorderai, dans ma maison et dans mes murs, un monument (Yad),
un titre qui vaudra mieux que des fils et des filles; je leur accorderai un Nom Eternel (Vachem), qui ne périra point. »
(Isaie 56,5).
L’architecte Moshe Safdi imagine un prisme triangulaire qui traverse la colline de part en part sur 180 mètres.
Malgré l’obscurité, le sommet laisse un peu de lumière du jour comme l’espoir qui ne s’éteint jamais.
A l’intérieur, le prisme se rétrécit pour marquer la descente en enfer puis s’élargit
et s’ouvre sur la vallée qui monte à Jérusalem, symbole d’Israël, du peuple juif et de sa pérénité.


Nahlaot - Lev Hair - quartier pitoresque en face du marché


Si vous cherchez un havre de paix et de tranquillité, vous pouvez le découvrir entre les 2 rues les plus grouillantes de vie de Jérusalem: la rue Agrippas et la rue Betsalel en face du Mahane Yehuda, le marché aux légumes.
C’est un enchevêtrement de shtetl, de médina ou autre quartier de nos ancêtres, ceci malgré de récentes restaurations.
Son nom est Lev Ha Ir (le centre de la ville). Cependant pour les Juifs de la fin des années 1800, c’était la grande aventure: il fallait sortir des murailles, s’aventurer dans le « désert » qu’arpentaient voleurs, brigands et loups. C’étaient des pionniers. Ils le firent.
Les Sfaradim dans Ohel Moshé, les Ashkénazim dans Mazkeret Moshé, les Yemménites dans Baté Goral.
On y retrouve le Hatser à la mode juive avec en son milieu le puits d’eau et tout autour, outre les habitations, le bain rituel, la synagogue, le four à pain.
Grâce à Moshé Montefiore (1784-1885), Lord anglais philanthrope dont la mémoire est perdurée par son prénom Moshe par l’appellation des quartiers: Yemin Moshe, Kiryat Moshe, Mazkeret Moshe et Ohel Moshe.

Pour les amoureux de vieilles pierres et pour les amateurs de couleurs et d’odeurs, promenez-vous aussi dans le marché de Mahané Yéhuda.

 Mahané Yehouda

Le marché de la nouvelle ville… ouvert tous les jours (sauf le shabbat ) du matin au soir.
Venez vous y promener et y apprécier l'ambiance particulière et la diversité des produits vendus.

La Cour Suprême

La Cour se situe sur  la colline Givat Ram. Cette colline ne comporte pas d’habitation, elle est le centre législatif, exécutif, judicaire de la capitale d’Israël.

Elle est au sommet du système judiciaire israélien dont elle est la plus haute instance. Ce bâtiment remarquable a réussi à marier les styles traditionnel et moderne, les espaces ouverts et fermés, les lignes droites et les courbes. Il est éclairé par une lumière naturelle indirecte qui pénètre dans le bâtiment.